Bienvenue : connectez-vous | Créer un compte
emplacement: Formation / Décembre2011

rencontres/L'aventure éclés : production des 3 et 4 décembre 2011

L'aventure éclés : production des 3 et 4 décembre 2011

L'aventure

Une aventure est une suite de péripéties et de rebondissements, c'est ce qui constitue souvent la trame d'une histoire fictive ou réelle. [[http://fr.wikipedia.org/wiki/Kundera|Milan Kundera]] définit l'aventure comme une « découverte passionnée de l'inconnu ».
Définition de l’aventure par Wikipédia.

Notre définition de l’aventure c’est d’aller vers l’inconnu, découvrir, prendre en compte les imprévus au fur et à mesure qu’ils arrivent. 

Partir à l’aventure c’est sortir du cadre (de nos habitudes, de notre quotidien, de nos repères, et de nos règles).

Cela peut être en partant à la découverte d’ un nouvel environnement, ou en changeant notre point de vue sur ce qui nous est familier.

Par exemple, découvrir d’autres pays, régions, quartiers, etc. Mais ça peut aussi être partir à la découverte de ce devant quoi tu passes tous les jours mais qui t’est finalement étranger et inconnu (rallye photo, discuter avec des gens, pousser des portes d’immeubles inconnus…)

Braver des interdits, franchir les limites que l’on s’est fixé par habitude ou qui sont fixées par la loi et la société peut aussi être vécu comme une aventure.

L'aspect éducatif

L’éducation selon Philippe MEIRIEU est une « discipline de l’action amenée à gérer de l’incertitude, à pactiser avec le "risque", à assumer l’aléatoire inhérent à toute action humaine. »

Eduquer, c’est paradoxalement transmettre le principe de la règle qui permet la vie en société et, en même temps enseigner à être libre de faire ses propres choix. L’apprentissage de cette liberté implique une prise de risque qu’il faudra anticiper et mesurer sans imposer un cadre trop restrictif incompatible avec cet apprentissage.

L'aventure éducative

Dans notre définition d’aventure collective il y a obligatoirement une implication volontaire de chacun. Cette aventure est au service d’une finalité éducative. Elle se met en place à différents niveaux avec les enfants, les équipes d’animation, les stagiaires…

La notion de liberté

L’apprentissage de la liberté nécessite que les encadrants renoncent au fantasme du contrôle absolu sur l’individu et sa façon d’apprendre.

C’est notamment le cas lorsque l’on débute dans une fonction éducative que l’on a tendance à se surprotéger lors de la mise en œuvre du projet au détriment de l'intérêt éducatif.

Notre engagement éducatif se traduit par la mise en place d’aventures. Ce type d’activité engage la responsabilité des acteurs par l'implication et la prise de risque qu'il nécessite.

Responsabilité et réglementation

L'engagement de notre responsabilité peut conduire à une politique du parapluie réglementaire qui consiste à s’interdire tout et n’importe quoi par méconnaissance des éléments précis de réglementation. Une connaissance plus approfondie du cadre réglementaire dans lequel se situent ces aventures, favorise la mise en place d’espace de liberté.

Au delà de la réglementation, il faut savoir faire preuve de bon sens et être capable de se positionner en dehors du cadre légal dans les cas ou il n'y a pas risque et qu'il y a un intérêt éducatif.

La préparation

Afin de prévenir et d’accompagner la prise de risque par les enfants et les jeunes, il est nécessaire d’identifier et de délimiter précisément les différents dangers.

Le risque peut être rationalisé, on peut s'appuyer sur la notion de « risque normal » et « risque anormal ».

Le risque normal serait par exemple de confier des responsabilités en autonomie à un groupe d’enfant après une préparation minutieuse, et d’organiser le suivi de son activité pendant son déroulement (prise de contact régulière, rendez-vous physique ou téléphonique…)

Le risque anormal serait par exemple de laisser partir un groupe d’enfants en autonomie sans les avoir suivi pendant la préparation, ou pour libérer des jours de repos pour les responsables.

Pour préparer il faut aussi mesurer la capacité du public (enfant ou adulte) à assumer le risque encouru. Par exemple confier la préparation d’un repas à un groupe d’enfant dans des conditions d’hygiène acceptables si aucun d’entre eux ne sait cuisiner implique la présence d’un responsable. Présence inutile ou absurde si celui-ci n’est pas à l’aise avec les règles d’hygiène alimentaire. Toujours en restant dans l’exemple d’un atelier cuisine, les compétences peuvent être partagées au sein du groupe et non pas assumées par un seul individu (gestion de la vaisselle, de la transformation des aliments, du feu, de l’hygiène…). Ce partage de compétences peut aussi permettre à chacun d’être rassuré, et d’éviter de faire porter la responsabilité à un seul individu.

La prise de responsabilité au sein du groupe s'inscrit dans la démarche de progression personnelle dans notre association, et elle n’a de sens que si on l’applique dans des actions concrètes.

La préparation matérielle peut être aussi un bon support pour favoriser le bon déroulement des aventures prévues.

Rôle de l’encadrement

Confronter le public à la dimension d’inconnu et d’imprévisible, qui est inhérente à toutes aventures, nécessite de la part de l’équipe d’animation un niveau élevé de compétences. L’équipe doit être en capacité d’apprécier la capacité du groupe à vivre ce projet dans de bonnes conditions de sécurité :

En outre il est nécessaire que l’équipe soit vigilante et réactive tout au long du déroulement. La prise d’autonomie des participants ne doit pas être un pretexte au désinvestissement des responsables.

La dimension imaginaire

Quelque soit leur âge, l’implication dans un projet d’activité qui se veut aventure (qui comporte une part d’imprévu ou d’inconnu dans l’activité) sollicite et favorise l’imaginaire.

Dans une activité plus traditionnelle, la fabulation peut éveiller de l’intérêt chez les enfants en apportant une dimension d’aventure.

La communication autour du risque

Ce travail peut servir à construire un argumentaire afin de communiquer auprès des familles pour leur expliquer ce qu’est l’aventure et ce qu’elle comporte en terme de prise de risque éducatifs. Le mot aventure peut avoir chez certaines personnes une connotation négative (partir à l’aventure, adultère…). De même la notion de risque est de moins en moins acceptée socialement. Le risque zéro n’est qu’un fantasme véhiculé par une vision aseptisée de l’éducation.

Document de travail rédigé lors de la rencontre des formateurs Éclaireuses Éclaireurs De France des 3 et 4 décembre 2011 à Souilhanels (11400)

Les auteurs originels sont

LANGLOIS guillaume
DRONSART françois
OLIVEROS fanny
GHASSEMEZADEH sarah
DECORSIERE émile

Ce document est distibué sous la licence Creative Commons CC-BY-SA dont les termes sont accessibles à cette adresse : http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/legalcode

EedfMidipy: Formation/Décembre2011 (last edited 2015-02-05 17:04:43 by al)