Bienvenue : connectez-vous | Créer un compte
emplacement: Pyloufas / 3Pi-Janvier-2014 / Pydagogues

Dans cette rubrique, je me propose de vous parler dans chaque numéro, d'un pédagogue. Il ne s'agit pas d'ériger des statues à leur gloire mais de présenter des pédagogies alternatives et puis à vous de faire la part des choses.

Pédagogue : du grec ancien Paidagōgos : esclave chargé de conduire les enfants à l'école. Dans le pyctionnaire : personne mettant en place des stratégies éducatives pour armer (former) de futurs citoyens capables de se débattre dans le village global (attention subversif).

Lord Baden-Powell et le scoutisme

Le scoutisme est une école du civisme par l'art des bois.
BP

Robert Baden-Powell est né à Londres en 1857. Son père est un pasteur protestant professeur d'université. Sa mère est une naturaliste qui lui transmet l'intérêt pour la nature. Mauvais élève, il n'arrive à entrer dans aucune université, il deviendra finalement éclaireur dans l'armée britannique qui est à l'époque la plus grande armée coloniale du monde.

Dans sa carrière militaire, il sera envoyé sur différents fronts. Chef de troupe, il apprend à ses hommes à suivre une piste et les divisera en patrouille afin de confier des responsabilités à un maximum d'entre eux. Il leur transmet deux choses : le sens des responsabilités et la discipline intérieure. En 1899, il est mobilisé en Afrique du Sud lors la guerre du Transvaal où les britanniques affrontent les boers des descendants de colons hollandais. Baden-powell tient le siège de Mafeking une petite bourgade. Pour assurer la survie de la ville, il a l'idée d'utiliser des jeunes comme éclaireurs pour transmettre à pied ou à vélo des messages et pour aller glaner des renseignements par de là les lignes ennemies. Son idée : si on confie des missions précises et qu'on fait confiance aux jeunes, ils peuvent accomplir de grandes choses.

Après cet épisode, il reçoit plein de lettres de jeunes anglais au sujet de son livre « Aids to scouting », qui n'était pas un ouvrage destiné à la jeunesse mais aux militaires. Lui vient alors l'envie après avoir formé les jeunes à faire la guerre de leur apprendre à faire la paix.

En 1907, il organise le premier camp scout sur l’île de Brownsea avec 4 patrouilles de jeunes qu'il a plus ou moins réquisitionnés et venant de toutes les catégories sociales de la société britannique. Chaque journée à son thème : observation, pistage, secourisme, connaissance des bois, patriotisme. Il attend de ces jeunes qu'ils montrent leur dévouement, leur courage, leur sens de la charité et qu'ils fassent une bonne action quotidienne. Toute sa pédagogie est basée sur l'éducation par le jeu. Les jeunes passent des brevets pour identifier leur progression personnelle dans différents domaines :

Le but des brevets de capacité est d'encourager l'auto-éducation de la part du garçon dans un domaine qui l'intéresse.
BP

En 1908, paraît son livre « L'éclaireur » (titre de l'édition francophone). Dans cet ouvrage plus destiné aux jeunes qu'aux adultes, il pose les bases de son scoutisme. Baden-Powell poursuit 4 buts pour la jeunesse : développer le caractère, assurer une bonne santé, développer l'habilité et promouvoir le sens du service. Sa pédagogie s'appuie sur 7 éléments :

Pour compléter son programme pour la jeunesse et son développement il donne un uniforme à ses boys-scouts afin selon lui de supprimer les barrières de classes et de nations, il choisira le costume qu'il avait lui même créé pour la police sud-africaine.

Toujours dans l'idée de développement du mouvement, BP crée trois tranches d'âges : louveteaux, éclaireurs et routiers. Sceptique au départ à l'idée d'accueillir des moins de onze ans, lui vient l'idée de renforcer le cadre imaginaire pour cette tranche d'âge. Il va axer la pédagogie louveteau sur le livre de la jungle écrit par Kipling, sujet britannique contemporain de l'inventeur du scoutisme. L'histoire d'un enfant qui doit trouver sa piste au milieu de la jungle en suivant les conseils d'animaux semble appropriée à son idée de l'éclairisme.

En 1909, les premières filles intègrent le mouvement sous le nom de guide mais cet axe du scoutisme ne sera vraiment développé que dans les années 1920 sous l'impulsion de la femme de Baden-Powell (dont on parle évidemment moins que de son mari).

En 1920, il organise le premier Jamboree (ralliement en Zoulou). Le scoutisme s'étant répandu dans de nombreux pays, se dote d'une organisation mondiale (OMMS) en 1922. La charte de cette nouvelle organisation définit les buts du scoutisme :

Le mouvement scout a pour but de contribuer  au développement des jeunes en les aidant à réaliser pleinement leurs possibilités physiques, intellectuelles, sociales et spirituelles, en tant que personnes, que citoyens responsables et que membres des communautés locales, nationales et internationales.

Elle définit aussi 3 principes :

En 1939, Baden-Powell est nominé comme candidat pour le prix nobel de la paix mais la guerre démarrant, la sélection n'aura jamais lieu.

Lord Baden-Powell est mort en 1941. Avant sa mort il a écrit une lettre-testament pour tous les scouts, en voici quelques lignes :

J’ai eu une vie très heureuse, et j’aimerais qu’on puisse en dire autant de chacun de vous. Je crois que Dieu vous a placé dans ce monde pour y être heureux et jouir de la vie. Ce n’est ni la richesse, ni le succès, ni l’indulgence envers soi-même qui créent le bonheur. [...]
Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand vous y êtes venus et quand l’heure de la mort approchera, vous pourrez mourir heureux en pensant que vous n’avez pas perdu votre temps et que vous avez fait « de votre mieux ».

EedfMidipy: Pyloufas/3Pi-Janvier-2014/Pydagogues (last edited 2014-01-04 16:21:39 by florian)