Bienvenue : connectez-vous | Créer un compte
emplacement: Pyloufas / 4Pi-Avril-2014 / Marie-Pape Carpantier

Les « pydagogues »

Dans cette rubrique, je me propose de vous parler dans chaque numéro, d'un pédagogue. Il ne s'agit pas d'ériger des statues à leur gloire mais de présenter des pédagogies alternatives et puis à vous de faire la part des choses.

Pédagogue : du grec ancien Paidagōgos : esclave chargé de conduire les enfants à l'école. Dans le pyctionnaire : personne mettant en place des stratégies éducatives pour armer (former) de futurs citoyens capables de se débattre dans le village global (attention subversif).

Marie Pape-Carpantier et la maternelle

Enfin une femme !! Oui il était temps que j'évoque UNE pédagogue.

Marie Pape-carpentier est née à la Flèche dans la Sarthe (1815-1878). Elle est élevée par une mère seule dans une famille du peuple. Dans son enfance, elle connaît les privations ce qui va influencer ses choix éducatifs.

Marie Pape-Carpantier est une militante, très inspirée par Fourrier (philosophe du socialisme utopique) elle lutte pour la justice sociale. Elle est également considérée comme une féministe notamment parce qu'elle œuvrera pour l'éducation des filles.

Dans sa vie professionnelle, elle sera d'abord gardienne de salles d'asile. Ces institutions sont des établissements qui reçoivent des enfants pauvres de 2 à 6 ans, plus pour les éloigner des vices de la rue que pour les éduquer. Ensuite, elle deviendra directrice de salles d'asile puis directrice de l'école normale des salles d'asile de Paris (école de formation des encadrants de ces établissements).

Suspectée d'être une libre penseuse (athée ou agnostique) elle sera limogée en 1774.

Du rejet de la méthode à la maternelle

Pape-Carpantier milite contre le manuel de méthodes destiné aux salles d'asile en vigueur au début du XIXe siècle qui est souvent appliqué avec rigidité dans les établissements. Elle propose une pédagogie plus instinctive, sensitive et intuitive.

Elle prône l'observation des besoins de l'enfant, son caractère, ses connaissances, ses goûts... comme préalable à tout acte éducatif. Avec cette approche très humaine, elle se battra pour le terme « maternelle » qu'elle utilise dès 1845 pour en finir avec les salles d'asile. Cette appellation sera oubliée puis reprise bien plus tard.

Une éducation moderne

Si le refus de la méthode est une nouveauté au XIXe siècle, d'autres axes de sa pédagogie sont tout aussi novateurs :

Marie Pape-Carpantier, écrit un nombre considérable de livres à visées pédagogiques : Conseils sur la direction des salles d'asile, 1845. Ces textes sont considérés comme fondateurs de l'école maternelle moderne.

EedfMidipy: Pyloufas/4Pi-Avril-2014/Marie-Pape Carpantier (last edited 2014-04-12 01:16:08 by florian)