Bienvenue : connectez-vous | Créer un compte
emplacement: Pyloufas / 5Pi-Juin-2014 / CoedEnPratique

Rubrique : Archéologie

extraits choisis de Routes Nouvelles n° 99, mai 1981

La coéducation en pratique

et en fine-ssss-e

S comme Sexisme

Mixtes, les unités de vie, d'animation, permettent donc la coéducation.

On ne reparlera pas ici des rôles sociaux de l'homme ou de la femme [ ndlr : déjà traité dans un précédent Routes Nouvelles ] ; si tout est loin d'être parfait, le maximum est fait dans notre travail d'animation pour que les jeunes prennent conscience que les rôles spécifiques hérités du passé doivent être bouleversés pour laisser place à une plus grande authenticité de la nature de chaque être, qu'il soit femme ou homme.

La coéducation […] vise après une première étape de découverte à mieux apprécier et connaître la richesse de l'autre, afin de favoriser la disparition des tabous et des mythes sexistes.

S comme Sexualité

On a trop tendance [...] à cacher sous les appréhensions envers la coéducation, celles que l'ont a vis-à-vis de la sexualité des jeunes.

Au niveau des principes de base, nous affirmons que l'information, l'éducation et la vie sexuelle ont leur place dans notre action éducative. [...]

Il nous semble que toute éducation est vouée à l'échec si nous percevons les jeunes au niveau de leurs amours de lutins, de louveteaux, d'éclaireuses/éclaireurs, d'aînés, de responsables, comme des individus dangereux, à maîtriser, à dompter et à parquer dans des réserves limitées par des interdits.

Notre pensée est donc claire. Qu'en est-il de nos actes ?

S comme Social

Nous aimons opposer la coéducation à la mixité. [...]

Il s'agit donc, non pas de mettre ensemble des filles et des garçons, au petit bonheur, de dispenser quelques cours d'éducation sexuelle, et de laisser faire la nature […]

La mixité provoque des traumatismes nombreux et inattendus, les enfants fuyant l'autre sexe qui leur a été imposé sans préparation, et surtout sans l'ambiance culturelle et affective convenable. [...]

Il convient qu'ils comprennent, par leur expérience, qu'il n'y a aucun sentiment humain qui n'engage profondément vis-à-vis de l'autre, et par conséquent des autres, qu'il n'y a aucun rapport avec autrui, à quelque niveau qu'il se situe, qui ne soit engagement et responsabilité vis-à-vis d'autrui.

Notre société laisse croire aux gens qu'il existe deux vies et deux morales : […] l'amour est considéré comme un domaine réservé, intime, secret, sans conséquences sociales, lieu d'une consommation où le seul jugement individuel intervient.

La coéducation se propose précisément de rendre aux relations entre les filles et les garçons la dimension sociale, communautaire, que comporte tout lien affectif quel qu'il soit. Il s'agit donc moins d'interdire tel ou tel comportement que d'aider les filles et les garçons à le situer dans l'ensemble des comportements sociaux.

Il s'agit […] d'amener à une prise de conscience et à une maîtrise de soi qui permette aux hommes et aux femmes que seront demain les garçons et les filles, de trouver leur épanouissement personnel sans hiatus ni malaise par rapport à l'ensemble des exigences et des responsabilités de la vie en commun.

S comme Scorie

(= partie d'une chose concrète ou abstraite que l'on considère comme sans valeur, de qualité médiocre ou mauvaise et que l'on élimine.)

Nous avons mis au point une pédagogie que trois verbes résument aisément :

c'est-à-dire apprendre aux filles et aux garçons à connaître le réel, le réel anatomique, physiologique, psychique.

c'est-à-dire débarrasser les filles et les garçons des fausses valeurs morales qui gênent leur maturation affective et sexuelle […]. Les parents […] doivent savoir que la coéducation ne détruira pas les valeurs auxquelles ils sont attachés, mais au contraire les purifiera des scories historiques.

c'est-à-dire donner aux filles et aux garçons le moyen de mettre en place une hiérarchie des valeurs où la vie affective et sexuelle ait sa place, pas toute la place, car jamais l'obsession n'a été une libération, mais la place toute entière requise pour chacun, car le refoulement n'a jamais été une valeur morale.

L'évolution de la société sur la question des relations filles-garçons a obligé le Mouvement à définir clairement les réponses à apporter aux respos confrontés à un sujet jusqu'alors délicat à aborder. Un «groupe d’étude pour une éducation sexuée» a été constitué et a rédigé un document à l’usage des équipes d’encadrement des stages de formation de tous niveaux. Ce document, présenté comme un outil de travail (et non comme « la vérité absolue ») semble significatif d’une étape de la vie des Éclaireurs de France. Il faut savoir qu’il a fait l’objet de critiques pour cette « modernité »…

La suite sur http://www.histoire-du-scoutisme-laique.fr/le-nouveau-mouvement/49-1972-laccompagnement-de-la-coeducation-leducation-sexuelle.html

EedfMidipy: Pyloufas/5Pi-Juin-2014/CoedEnPratique (last edited 2014-06-27 08:34:53 by Laura D)